6. sept., 2020

"Balles Neuves" de Olivier Chapuis (CH)

 

Octobre 2020 - BSN Press

« Le temps file et s’effile au goût de l’amertume »

Les esprits de nos auteurs helvétiques m’étonnent toujours. Qui à l’audace d’écrire un roman dans lequel la notoriété bienséante de Roger Federer et remise en question. Ce tennisman, adulé par la majorité des Helvètes, doué d’un talent qui n’est plus à démontrer, reflétant l’humilité, la simplicité et l’intégrité à chaque passage dans les médias, pourrait être, comme le dit l’auteur, invité à un jeu de massacre.

Dans son nouveau roman, Olivier Chapuis met en scène un auteur anonyme, en manque d’inspiration, qui, par jalousie ? Orgueil ? Semble exaspéré par la vie si « parfaite » de Roger Federer (RF). Ne comprenant pas d’où vient ce sentiment, il décide de l’analyser et demande conseil à un coach littéraire, Beat Kaufmann (BF).

« RF m’exaspère et je ne comprends pas pourquoi » […] « Ecris ! si tu as quelque chose sur le cœur, l’estomac ou la conscience, écris ! Si tu te sens mal, ou trop bien, écris ! Plutôt que de vomir ou de pourrir, plutôt que de cracher aux yeux des gens ou de retenir la boue qui déborde, écris ! écris ! ». – p. 4-5

Personnifiant son vécu, ses émotions, ses ressentis et ses idées les plus noires, l’auteur anonyme écrit ainsi son « texte », choisissant comme protagoniste principal, Axel Chang, « l’homme parfait ». Père de famille dévoué, mari aimant-aimé, employé modèle à qui la vie sourit, voit soudainement sa femme, durant le tournoi de Wimbledon, en ce 4 juillet 2003, développer une passion pour cette incroyable RF. Quand l’omniprésence médiatique d’un individu détesté provoque une psychose, s’installe alors « l’inertie à la catastrophe ».

Frappées d’un français correct, on pourrait penser que deux histoires écrites en parallèles s’emberlificoteraient, mais que nenni ! Les procédés de digression et d’alternance sont très bien maîtrisés. Des répétitions sont voulues pour mettre l’accent dans les premières pages, et l’humour cocasse de l’auteur est saupoudré avec parcimonie. Cependant, Olivier Chapuis démontre avec clairvoyance la force destructrice des racines d’amertumes accouplées à la jalousie du présent. Engendrant haine, division, vengeance et autodestruction, le « statut de victime » s’installe. Naît alors une réalité divergente, disposant de ses propres lois…

 


L'auteur

Né au siècle passé, un dimanche de Pâques, Olivier Chapuis triture et malaxe les mots pour en extraire un jus qu’il espère goûteux. Le désir d’écrire, il l’éprouve enfant déjà, lorsqu’il se met à écrire d’absurdes histoires de planètes inconnues peuplées d’êtres hybrides forcément hargneux. Plus tard, il se contente de la terre et de ses habitants, souvent hybrides et parfois hargneux, mais source intarissable d’inspiration.

Contacter l'auteur via : Blogs des auteurs